Bolivie Andes Royales

Au Brésil depuis plus d’un mois, je voulais changer un peu d’air et partir pour de grands sommets. En quelques jours, me voici envolé pour la Bolivie et son Altiplano à près de 4000m d’altitude.

Bolivia5

Lundi 1er Septembre, après deux escales à Sao Paulo, puis Santa Cruz, j’arrive à l’Aéroport d’El Alto et la grande ville de La Paz. Un jour passé dans la ville à admirer les tenues traditionnelles, les marchés partout dans les rues, les minis bus/taxi qui klaxonnent sans cesse, les contrefaçons parfois réussies de matériel de montagne, gouter la nourriture locale et organiser mon séjour, demain je pars pour les Andes Royales en direction du Huayna Potossi.

Bolivia1 Bolivia00 Bolivia01

Mercredi, je prends un mini bus à l’El Alto à 6h du matin en direction des sommets Boliviens. J’arrive vers 9h à 4700 d’altitude au Camp de Base du Huayna Potossi. Pour m’acclimater, je décide de faire le Charquini, un sommet proche culminant à 5392m avec de superbes paysages. Un groupe vient déjà de partir vers ce sommet et je prends le temps de déposer quelques affaires au refuge avant de commencer la rando sous un beau soleil !

Bolivia2 Bolivia3

Après avoir suivi un canal et un chemin étroit à flanc de montagne, je prends rapidement de la hauteur en suivant un talweg qui semble fréquenté. Je m’aperçois vite qu’il est surtout fréquenté par les Lamas, mais je continue car la crête est superbe. Plus je grimpe, plus les paysages sont impressionnants derrière moi avec la vallée du Rio Zongo et des sommets avoisinants. Devant moi, la crête est vertigineuse. Mais où est le sommet ? La crête est très longue est je n’arrive pas à savoir quelle est la partie la plus haute, difficile à voir d’en bas et avec une carte pas du tout précise.

Bolivia4 Bolivia6 Bolivia7 Bolivia9

Finalement je vois au loin sur une grande pente enneigée le groupe de 4 marcheurs parti plus tôt. Ils se dirigent tout au bout de la crête vers se qui doit être le sommet. Je longe donc la crête vers le sommet en passant par les éboulis, essayant de ne pas perdre de temps à monter et descendre sur ce parcours vallonné. A cette altitude le cœur bat très vite au moindre effort, je réalise que je suis à plus de 5000m pour ma première fois.

Bolivia8 Bolivia 11 Bolivia 10 Bolivia 25

J’arrive après quelques heures d’effort au sommet du Charquini. Les nuages ont envahis la plaine et la vue n’est pas aussi claire qu’espérée mais la montagne est belle et c’est un plaisir d’arriver ici. On devine au loin le grand lac Titicaca. Le groupe de randonneur arrive peu après moi et après un petit casse croute sur le sommet très à pic du versant Nord, je rentre avec eux par la vois « normale » bien plus rapide que mon itinéraire de Lama ! Le tonnerre tonne et le temps se dégrade, bientôt un tapis blanc recouvre le sol tout autour de nous.

Bolivia 12 Bolivia 13 Bolivia 14 Bolivia 15

 

 

Après une longue nuit, je passe le jeudi matin à observer le Huayna Potossi, superbe montagne pyramidale qui culmine à 6088m. Il est décrit par beaucoup comme un sommet facile et très beau, c’est vrai qu’il resplendit, mais est-il facile ? Pour l’instant la météo n’est pas avec moi : il a neigé cette nuit et les nuages cachent la montagne ce matin. Je pars en début d’après midi avec trois groupes de randonneurs accompagnés de guides dont les marcheurs rencontrés hier sur le Charquini.

Bolivia 16 Bolivia 17

Nous rejoignons le camp 2 après moins de 3h de marche sans trop de problème et un ciel qui se dégage arrivés au refuge. La vue est superbe sur le Charquini et l’Illimani au loin. Des groupes se sont formés dans la montée et déjà 3 randonneurs décident de ne pas tenter l’ascension du lendemain, épuisés par cette marche en altitude. Pour ma part, je suis frais et sans mal de tête. Après un repas précaire, au dodo sous le duvet, demain réveil vers 1h30 pour l’ascension finale.

Bolivia 18 Bolivia 20 Bolivia 21 Bolivia 19 Bolivia 24 Bolivia 23Bolivia 26 Bolivia 25

 

Annoncé techniquement facile, et voulant être libre de mes choix je n’ai pas fait appel à une agence, mais vu le temps nuageux et embrumé je préfère marcher avec le groupe. Le matin est clair mais nous marchons dans une neige fraiche difficile et la pente est raide. Nous devons enjamber de très profondes crevasses, c’est impressionnant et superbe à la fois ! Après deux heures de marche, les deux guides marchent vite et fatiguent le groupe avec des paroles peu motivantes leur proposant de rentrer. J’essaye de les motiver en leur rappelant que ce sera dur mais que le plaisir du somment en vaut la peine. On sera finalement trois avec un guide à continuer et je prendrai la tête du groupe pour aller à un rythme plus lent et adapté à la pénibilité de l’altitude. Nous sommes en pleine nuit, il y a du vent, il fait froid, et nous sommes affaiblis par l’altitude et le manque d’oxygène.

Bolivia 27 Bolivia 28 Bolivia 29 Bolivia 30

Arrivés tant bien que mal avant la crête finale à un peu moins de 6000m, nous rencontrons un guide avec deux marcheurs. Les deux guides nous disent qu’il est tard et qu’il faut rentrer, ils ne veulent clairement pas continuer. Je ne suis pas leur client et ils s’énervent à m’entendre remotiver les autres alors qu’il est juste 7h et que le soleil se lève à peine. Finalement les deux de mon groupe fatigués décident de rentrer et le garçon de l’autre groupe insiste pour terminer avec son guide. Je les suis vers l’arrête finale mais un passage de crevasses éparpillés avec des hauteurs de neige dangereuses arrête ma course. Je suis seul et sans corde, je préfère ne pas prendre de risque inutile surtout que le sommet est tout embrumé et n’offrirait pas le moindre paysage. J’attends donc avec la marcheuse laissée seule dans le froid. Je suis un peu déçu mais quand même la rando fut dure et éprouvante comme je les aime, et dans ces conditions difficiles, ce n’est pas si grave de ne pas avoir terminé.

Bolivia 31 Bolivia 32 Bolivia 33

Dans ces conditions, le sommet n’est pas si facile et il est nécessaire d’être encordé, tant pis, ce sera pour une autre fois. Nous rentrons peu après et les deux redescendent épuisés en disant avoir atteint le sommet. Après avoir récupéré des affaires au camp 2, je rentre avec eux puis finis seul la route avec de beaux lamas qui m’attendent plus bas. Un bus qui emmenait des randonneurs me raccompagne à la Paz est je me repose avant ma prochaine aventure prévue au Parc National de Sajama.


Commentaire

Bolivie Andes Royales — 2 commentaires

  1. Je me souviens que le Huayna Potosi n’était pas très facile. Il y avait effectivement des crevasses, mais elles n’étaient pas très gênantes. La situation semble avoir évolué depuis 20 ans.
    La pente sommitale, elle, était d’ure raideur alarmante ; en neige bien dure jusqu’au sommet.

  2. Après avoir beaucoup neigé la veille, on a marché dans plus de 25cm de poudreuse. Elle était tassée et dure dans certaines pentes fortes, mais il y avait des zones où on s’enfonçait jusqu’aux genoux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *